top of page

CABANES

Duo de corps à corps avec Barima Osei et Marie Simon

 

Création : 2020

Durée : 15 à 40 minutes

Public : Dès 3 ans

Lieux de représentation : en théâtre, en plein air ou dans les écoles
Format : déambulatoire ou fixe

Présentation :

Telle la tortue qui porte sa maison sur son dos, peut-on se fabriquer un abri avec le corps comme unique matériau ? Marie Simon et Barima Osei transportent leurs espaces intérieurs pour construire et déconstruire ensemble des cabanes qui cavalent. En s’agrippant, en se portant, en se tirant ou en s’enveloppant du corps de l’autre, leurs "Cabanes" dansées sont de vrais jeux d’enfant.”  

Léa Poiré


Alliant les techniques des danses hip-hop, contemporaine et du contact improvisation, les danseur·se·s tissent des relations multiples entre leurs deux corps.
Ils donnent à voir et à sentir cet espace d’intimité que chacun·e porte et emmène avec lui et révèlent la singularité de l’espace cohabité.


"Elle le voit comme sa maison,
elle y circule, s'y glisse, se faufile.
Il lui ouvre les portes,
les fenêtres, transforme le toit,
ferme les volets parfois."

Marie Simon

Origines :
La cabane a un goût d’enfance, elle appelle des souvenirs de liberté, d’imaginaires foisonnants et de jeux de construction.
Le duo a débuté après plusieurs sessions d’improvisation de danse contact entre les danseur·se·s. 
Marie Simon a guidé Barima Osei dans un univers sensible inspiré des contacts des relations humaines, de la force de l’eau qui trouve toujours un chemin pour avancer, et des mécanismes d’assemblages, de construction et d’architectures du corps.

Intention : 

“Une imbrication d’attentions vers l’autre déroule une histoire. L'histoire de 2 corps qui tâtonnent en quête de repères, un éboulement de tendresse qui révèle un paysage relationnel.”

Avec "Cabanes", Marie Simon aborde l’être humain tout comme la métaphore de la tortue que nous considérons vêtue de sa maison. Elle cherche la forme que prendraient nos cabanes si elles étaient intégrées à nos corps. Elle questionne à quel point nous y serions attachés, reliés ?
La forme du duo lui permet d’aborder l’altérité et de mettre en relief les liens de dépendance et d’attention.

 

La compagnie propose de réaliser une adaptation in situ à chaque contexte et environnement de représentation afin de valoriser chaque lieu et de proposer une proximité avec les spectateur·rice·s.
L’écriture chorégraphique offre la possibilité aux danseur·se·s de dérouler la chorégraphie du duo sur un parcours à travers le public et l’espace.

AUTOUR DU SPECTACLE

La volonté de la compagnie Les Cils est d’accompagner la diffusion de ce projet chorégraphique, d’actions de sensibilisation à la danse autour du thème de la relation à l’autre.


Elle souhaite faire ressentir aux spectateur·rice·s le potentiel créatif qu’ils·elles détiennent et susciter l’envie de rencontrer l’autre à travers le mouvement.


Le duo "Cabanes" détient des thématiques clés permettant d’écouter ses sensations, de développer sa confiance en soi et en l’autre, et de créer par la pratique du jeu.

LE GENERATEUR ok-min.jpg
PAVILLON ROMAINVILLE ok-min.jpg

PARTENAIRES

cie_acta_logo_hd-01_edited.png
REGARD CYGNE ok-min.png
collectif curry vavart-min.jpeg
DANSE SEINE ok-min.png
Shakirail-min.jpeg
193 SOLEIL ok-min_edited.png
romainville-min.png

Spectacles Sauvages Jeune Public au Regard du Cygne (2020) - Captation : Virginie Kahn

Résidence d'adaptation chorégraphique pour le court-métrage "Dunes" (2021)

bottom of page